• Témoignages

    30 de Set, 2018

    Sr. Virgínia Bonnalume


     
    A 14 ans Virginia est entrée au Couvent St Joseph à Garibaldi. Les premiers jours ont été très difficiles, elle avait le dure-temps de sa famille et si elle avait trouvé la porte de sortie elle serait partie! Cependant, après une quinzaine de jours, elle était habituée et les sœurs étaient très bonnes. Le bien qu’elles lui voulaient l’a encouragée à rester. Aujourd’hui, après 65 années de vie consacrée, elle se sent heureuse de la mission réalisée tout au long de sa vie. Comme Soeur de St Joseph elle a vécu cette mission en différents domaines.

    Formée en tant qu’assistante sociale elle a eu l’occasion de travailler pour la défense des pauvres et des communautés humaines de l’intérieur dans diverses localités. Elle a assumé deux mandats comme provinciale de la Province de Caxias do Sul, et la responsabilité de la Conférence des Religieuses du Brésil pour l’Etat du Rio Grande Sul durant trois années. Et c’est avec beaucoup de dévouement qu’elle s’est consacrée pendant 14 ans au peuple de Rondonia et Conselvan au Matto Grosso. L’attention, l’aide aux gens pauvres a toujours été son idéal de vie et c’est avec une grande joie qu’elle était à leur service. Les gens recherchaient les sœurs pour tout. Elles avaient de la difficulté à trouver un temps de repos car répondre aux besoins des populations rurales était extrêmement prenant. Les gens avaient de grands besoins, sans prêtre ni autres congrégations religieuses à proximité. Un des plus grands défis était la préparation de leaders pour travailler dans les communautés humaines, spécialement pour assurer la célébration de la Parole.

    Pour Sr. Virgínia sa grande joie et celle des gens est d’être pour eux une référence, un soutien. Savoir qu’ils pouvaient compter sur les Sœurs, qu’elles étaient au milieu d’eux . Comme assistante sociale elle s’est toujours efforcée d’être un lien entre les pauvres et la recherche de leurs droits. Les aider, lutter avec eux et pouvoir contribuer à ce qu’ils soient reconnus et trouvent leur place, leur terre, leurs droits fut toujours sa grande joie.




    Compartilhe:


    Postez votre avis!

    *Les champs marqués  barra elles sont obligatoires.
    Leia também: